Mes jours 

Ces Polaroid ont passé 15 ans dans une boîte.

Ils content des histoires intérieures, une histoire entre nous, des histoires avec moi, une esthétique de mon quotidien.

Je les retrouve, ces objets du quotidien, ces corps, beauté éphémère des instants de vie, dans ce regard posé sur l’intimité de mes jours.

Ces Polaroids 665 positif, après 15 ans d’oxydation des parties non ou mal fixées pour obtenir ce jeu de traces et de disparition des formes, sont un peu ce mimétisme avec la mémoire qui s’étiole avec le temps. 
 
Un livre objet est paru aux  éditions the(M), sous le titre « Mes jours » tiré à 100 exemplaires.