Naples 81

“Ce que j’aime à Naples, c’est la turbulence des pierres, la folie qui plane au dessus des toits comme un nuage” , “ c’est l’excès, l’excès de bruit, l’excès de mystère, l’excès d’évidence, l’excès  de violence”, “ c’est la sueur des visages qui pestent contre le désordre ordinaire, c’est un pressing ouvert pour vendre des billets du loto”, ”c’est le scooter qui sillonent les avenues en zigzaguant, c’est la télé allumée jour et nuit”, “ des jardins qui se prennent pour des miroirs, des arbres qui chantent, des échafaudages qui se fissurent, des bougies pour rien, une prière pour l’habitude, un coup de feu dans un bar, les égouts qui remontent à la surface, les parfums altérés de certaines dames, le regard du sourd, la passion du fou”,” l’amour clandestin dans le silence des églises”.

Labyrinthe des sentiments. Tahar Ben Jelloun

 

© 2016 Gil Rigoulet. Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur | © 2016 Gil Rigoulet. All rights reserved